Les besoins existants chez les patients en hépatologie

La prévalence des maladies du foie a augmenté de façon importante au cours des dernières années. Selon le National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases of the National Institutes of Health, on estime que 20 pourcent des américains atteints de la stéatose hépatique non-alcoolique (NAFLD) sont également affectés par la stéatohépatite non-alcoolique (NASH)1.

Le terme NAFLD englobe un spectre de conditions du foie commençant par une accumulation de gras hépatique, ce qui peut causer de l’inflammation et ainsi encourager la formation de tissus cicatriciel également connu sous le nom de fibrose. Avec le temps, la fibrose peut progresser vers une cirrhose mortelle ou vers une forme de cancer du foie appelé carcinome hépatocellulaire.

Habituellement, le NAFLD et le NASH sont des maladies silencieuses ne présentant que peu ou pas de symptômes. Un patient peut n’avoir aucun symptôme même s’il développe une cirrhose en raison du NASH.

Il n’y a présentement aucun traitement approuvé pour le NAFLD ou le NASH en Amérique du Nord et en Europe.

Theratechnologies prévoit poursuivre le développement clinique de phase 3 de la tésamoréline pour le traitement du NASH. La Société a complété des discussions avec la Food and Drug Administration aux États-Unis et avec Agence européenne des médicaments au sujet du design et du protocole proposés pour l’étude clinique de phase 3 et évalue présentement des opportunités afin de mener ce programme efficacement, ce qui inclut la recherche d’un partenaire potentiel.

Une étude sur les effets de la tésamoréline après une année de traitement chez des patients atteints du VIH et du NAFLD a été publiée dans The Lancet HIV en 2019. Cette étude a démontré que l’usage quotidien de la tésamoréline entraine une baisse significative du gras hépatique (37%) comparativement au groupe de contrôle. En plus, 35% des patients traités avec la tésamoréline ont obtenu une normalisation du gras hépatique, comparativement à seulement 4% dans le groupe de contrôle. Cette étude suggère également des bénéfices potentiels pour la prévention de la fibrose.

Considérant les 10 années d’expérience clinique, le profil d’innocuité de la tésamoréline chez les personnes vivant avec le VIH atteints de lipodystrophie est bien établi. S'appuyant sur les données scientifiques démontrant une réduction du gras hépatique et un ralentissement de la progression de la fibrose hépatique chez les personnes atteintes du VIH et du NAFLD ou du NASH, en sus de notre propriété intellectuelle robuste, d’une nouvelle formulation sous investigation et du développement d’un stylo injecteur multi-doses, nous croyons que la tésamoréline est un candidat potentiel sérieux pour le traitement du NASH dans la population en général.